Image

Chine : partie de xiangqi dans un salon de thé

Dernière escale de notre tour du monde photographique des échecs. 

Télécharger l'image
Echecs chinois à Chongqing Dans l’une des dernières tea house de la ville, Chongqing, Chine, par Clément Belleudy, (CC BY-SA 2.0), Flickr

Cliquer en haut à droite pour agrandir l’image.

Cette semaine, nous partons en Chine, plus précisément à Chongqing dans l’un des derniers salons de thé de la ville, ou deux joueurs s’affrontent dans une partie de xiangqi ou “échecs chinois”. xiangqi signifie littéralement “échiquier des éléphants”, “éléphant” étant le nom de certaines pièces du jeu. Le xiangqi, comme le makruk et les échecs occientaux, hériterait d’un ancêtre commun . Mais à l’inverse du makruk, le xiangqi est très différent du jeu d’échecs tel que nous le connaissons. 

Les pièces sont au nombre de seize par joueur. Elles sont placées sur les intersections des lignes de l’échiquer et non pas sur les cases. Les deux camps (rouge et noir ou bleu) sont séparés par une “rivière”, qui limite les déplacement de certaines pièces.

Echiquier de xiangqi
Xiangqiboard par Howcheng CCBYSA3.0png

Chaque joueur dispose des pièces suivantes (Leur nom peut différer en fonction du camp) :

  • un “général”, l’équivalent du roi aux échecs
  • deux “gardes” ou “mandarins”
  • deux “éléphants” pour le camp rouge (qui ont donné leur nom au jeu), des “minitres” pour le camp bleu
  • deux “chevaux” (similaires aux cavaliers des échecs occidentaux)
  • deux “canons”
  • deux “chariots” (équivalent des tours)
  • cinq “solats” pour le camp rouge, des “bandits” pour le camp noir

Publié le 21/04/2015 - CC BY-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet